Les déclarations éthiques des entreprises et le droit des pratiques commerciales trompeuses

Un article très intéressant de mon ami et collègue universitaire Nicolas CUZACQ. C’est comme toujours avec Nicolas très bien écrit, très pédagogique et très lucide sur les conséquences pour les entreprises. Merci jean-claude pacitto pour le relais.

Je suis convaincu de la justesse de ce point de vue. L’Europe est engagée dans un guerre idéologique contre le greenwashing et autres formes de discours sur des engagements sociétaux ou environnementaux qui ne seraient que « discours » de communicants, sans rapport avec une pratique réelle, certifiée, authentique.

Assimiler ce discours à une pratique commerciale trompeuse en vue d’abuser le consommateur, au même titre que la publicité mensongère est donc un aboutissement logique de sa démarche.

C’est pourquoi nous pensons qu’une démarche préalable visant à s’assurer que les engagements souscrits ou envisagés sont jugés crédibles, pertinents, en affinité avec la marque, et engagent le consommateur est indispensable à toute démarche RSE, qui ne doit pas être un acte de communiquant, mais une démarche authentique, à l’écoute du consommateur, voire coconstruite.

C’est pourquoi, nous avons mis au point l’outil #TheGoodProof avec l’agence #TheGoodCompany Luc Wise parce que si nous sommes convaincus que « Business for Good is Good for Business », encore faut-il faire un « Good Business » !

Vous souhaitez en savoir plus ? Demandez une démonstration gratuite autour d’un showcase inédit : valerie.jourdan@promiseconsultinginc.com

LIRE L’ARTICLE EN ENTIER : Les déclarations éthiques des entreprises et le droit des pratiques commerciales trompeuses

#rse #droitdesaffaires #entreprises #Latribune

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :